Le “quiet quitting” concerne aussi nos relations amoureuses, voici comment le repérer

Moosa Moseneke - unsplash

Vous avez l'impression d'être la seule personne à porter votre couple, à prendre les décisions, ou à vous projeter ? Dans ce cas, votre partenaire pourrait bien être un "quiet quitter". Cette expression anglaise relève d'une tendance de plus en plus présente dans le milieu professionnel, et désigne un comportement de mise en retrait progressif vis-à-vis d'un poste ou d’une mission. Le "quite quitting" se traduit par une baisse de production au travail, un refus des heures supplémentaires, un évitement des réunions ou des discussions non planifiées... La raison ? Préserver sa santé mentale, affirment les "quiet quitters" – que l’on pourrait littéralement traduire par "ceux qui démissionnent sans faire de bruit". Un comportement qui se déclinerait dans notre vie intime, l'idée étant dans ce cas de se désinvestir progressivement d'une relation.

De la même façon que le "ghosting", qui consiste à éviter l'autre ou à interrompre la relation sans préavis, le "quiet quitting" sous-entend de quitter progressivement quelqu'un sans le lui dire. Psychology Today explique que cette " démission discrète" se traduit par une indifférence émotionnelle et une insensibilité profonde, ayant remplacé le sentiment d’amour initial. Mentalement, un partenaire qui est évasif et désengagé fait preuve de "quiet quitting". Physiquement, la personne crée progressivement une distance, bien qu'elle reste dans le coin pour se manifester, quand elle y est forcée. L’absence de contact physique est donc l'un des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Sexo : qu'est-ce que le "navel play", cette pratique sexuelle qui fait la part belle au nombril ?
Voici l’activité ultime qui développera votre ocytocine, l’hormone de l'attachement du couple
Dating : le “small talk” permettrait de cerner la personnalité de quelqu’un en quatre minutes
Qu’est-ce que l’infidélité financière, ce mal qui ronge le couple et pousse parfois à la rupture ?
Je n’ai pas le même "love language" que mon partenaire, comment faire ?