Quiet Quitting : comment le reconnaître au sein du couple ?

©iStock

Démissionner progressivement n’existe pas seulement au bureau, mais aussi en amour. Voici comment reconnaitre ce « ghosting » progressif.

Deux ans après la pandémie et l’installation du télétravail, le « quiet quitting » est de plus en plus populaire auprès des salariés, qui se contentent de réaliser le strict minimum au travail. Les heures supplémentaires ? Terminé. Un brainstorming sur le vif ? Hors de question. Ralentir la cadence et ne plus se tuer à la tâche pour préserver sa santé mentale séduit dans les bureaux, mais pas que. La « démission discrète » peut aussi survenir en amour. Si vous avez l’impression d’être le ou la seul·e à travailler dans votre relation, peut-être que votre partenaire est un·e « quiet quitter ».

Lire aussi >> Interview et témoignages : comment se remettre d’une rupture amoureuse ?

Partir sans partir

Ne pas s’investir à fond dans une relation amoureuse n’a pas les mêmes effets au travail que dans les relations humaines. Vouloir se préserver et compartimenter le travail de sa vie personnelle est un argument valable, surtout lorsque l’on a l’impression de ne pas être rétribué·e pour notre engagement. En revanche, poser de telles limites au sein d’un couple, par exemple, peut mettre en péril une relation.

Le « quiet quitting » romantique se distingue par une indifférence émotionnelle, ou une forme d’apathie, explique « Psychology Today ». Progressivement, ce sentiment remplace l’amour. Le partenaire se désengage mentalement et se distance physiquement en évitant de passer du temps avec...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi