Ce qu'il faut retenir de la cérémonie de clôture du Festival de Cannes

© VALERY HACHE / AFP

Le 75e Festival de Cannes a fait le choix de l'éclat de rire corrosif et politique en offrant une deuxième Palme d'Or au Suédois Ruben Östlund, pour sa satire acide des ultra-riches et des rapports de classe dans les sociétés occidentales. Après Titane de la Française Julia Ducournau , c'est un autre genre de punk, bien moins sanglant, mais tout aussi décoiffant et volontiers scato, qui remporte le plus prestigieux prix du cinéma mondial. Au-delà de la Palme d'Or, le jury où siégeaient notamment Rebecca Hall (Vicky Cristina Barcelona), l'Indienne Deepika Padukone, et les réalisateurs Asghar Farhadi et Ladj Ly, a donné sa deuxième distinction la plus prestigieuse (Grand Prix) ex aequo à la Française Claire Denis, 76 ans, (Stars at Noon) mais surtout à un jeune talent à suivre, Lukas Dhont, 31 ans.

La Belgique est l'une des gagnantes du Festival : outre Lukas Dhont, les frères Dardenne, chantres du cinéma social, ont reçu un Prix spécial de cette 75 édition-anniversaire, pour Tori et Lokita, drame social sur de jeunes exilés, et le couple flamand Charlotte Vandermeersch et Felix van Groeningen (Les Huit Montagnes) reçoit le prix du Jury, ex aequo avec l'ovni de la compétition, EO (Hi Han), manifeste animaliste sur un âne, réalisé par une figure du cinéma polonais, Jerzy Skolimowski.

Hors compétition, le Festival a aussi voulu faire rêver le public en invitant la méga-star Tom Cruise, venue présenter le nouveau Top Gun, et la nouvelle coqueluche d'Hollywood, Austin Butler, dans...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles