Ce qu'il faut retenir du premier défilé masculin Prada cosigné Raf Simons et Miuccia Prada

Alice Pfeiffer
·1 min de lecture
© Prada
© Prada

Les aficionado·as attendaient ce moment comme un messie en fines dentelles. Connu et vénéré pour sa mode masculine conceptuelle, le créateur Raf Simons dévoilait, lors de la semaine de la mode milanaise mi-janvier, sa première collection pour hommes à la tête de la direction artistique de Prada aux côtés de Miuccia Prada.

Pour le New York Times, The Guardian et Vogue, l’événement constituait l’apogée d’une collaboration unique dans le milieu de la mode – ayant, au passage, surnommé le duo “Prafda”. A la croisée de l’avant-garde et de l’institution, ce show promettait un regard critique sur la place du masculin, une forme d’interrogation sociétale et genrée entreprise par Simons dès ses débuts, qu’il s’apprêtait à réinjecter dans une entité aussi importante que la maison italienne. Intitulée Possible Feelings, la collection était annoncée comme une “réaction esthétique au système”, dixit Miuccia Prada.

Présentée sous forme filmique – Covid oblige, la quasi-totalité des défilés de cette Fashion Week se seront déroulés dans un format virtuel –, son premier but fut de mettre en lumière une identité actuelle qui cherche à briser les carcans des divers confinements et des rôles normatifs binaires.

Lire la suite...