Quotient intellectuel : comment calculer son QI ?

·2 min de lecture

Le quotient intellectuel, communément appeler le QI, désigne l’évaluation des compétences cognitives. Des tests, comme le bilan psychométrique, permettent d’obtenir un score entre 40 et 160. Ce type de bilan est un outil précieux pour détecter tôt chez les enfants de potentielles difficultés d’apprentissage, et la mise en place d’une prise en charge adaptée.

Une échelle des niveaux d’intelligence, notamment celle appelée classification de Wechsler, permet d’avoir une idée après un bilan psychométrique, de son "classement" par rapport au reste de la population :

Les signes qui peuvent indiquer qu’un enfant possède un QI plus "bas" pourraient donc être des difficultés scolaires, et dans l’apprentissage en général.

Les signes les plus manifestes chez un enfant dont le QI est considéré comme "supérieur" peuvent être :

On parle souvent de "test de QI", mais on devrait dire "bilan psychométrique", car ce bilan, proposé par les psychologues, ne donne pas de résultat binaire (bon ou mauvais, raté ou réussi). Après les exercices effectués, une comparaison du score obtenu est nécessaire pour lui donner un sens.

Le bilan psychométrique consiste en une série d'exercices qui ont été conçus pour évaluer des compétences cognitives, telles que :

Dans un bilan psychométrique, il y a donc 7, 10 ou 15 exercices différents, qui évaluent ces compétences cognitives, en fonction du temps dont on dispose ou ce que l'on recherche.

Le coût d’un bilan psychométrique est variable d'un psychologue à l'autre, d'un département à l'autre... En général, il faut compter entre 300 euros et 700 euros en région parisienne pour un bilan psychométrique, par exemple.

"Un tarif de 350 € me semble raisonnable compte tenu du fait que cela nécessite environ 6 heures de travail en tout pour le psychologue. Ce coût comprend un entretien, les exercices et une explication orale du compte-rendu écrit qui doit impérativement être remis aux parents, avec des recommandations.", explique Éric Turon-Lagot, psychologue. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite