Le réalisateur Claude Sautet de A à Z

La Rédaction
·1 min de lecture

Sur l'affiche des César, dans un portrait inédit ou sur Netflix, c'est le grand retour de Claude Sautet.

« Ses films sont aussi célèbres que lui était secret. Son domaine était la précision, le détail qui sonne juste, l'infiniment petit élevé au rang d'art. » Enfant timide mais fin observateur, passionné de jazz et de musique baroque, élevé par sa mère et sa grand-mère avec moult cousins, un père absent qui tient un bistrot… Voici le type d'indices que nous livre le documentaire « Claude Sautet, le calme et la dissonance ». Autant de pistes pour mieux embrasser un film choral tel que « Vincent, François, Paul… et les autres ».

>> Lire aussi : Les couples les plus mythiques du cinéma

Tout un symbole

Et puis il y a les rencontres qui ont façonné sa carrière. Lino Ventura, le premier à avoir cru en lui. Jean-Loup Dabadie, avec lequel il formera le duo scénariste-réalisateur phare des années 1970, notamment dans « Les Choses de la vie », film retenu pour l'affiche des César 2021 : des dialogues sobres, des regards, des silences, des cœurs brisés. Michel Piccoli y joue un homme confronté au choix entre deux femmes, dont le personnage incarné par Romy Schneider, troisième rencontre décisive dans la vie de Claude Sautet. Le pygmalion a trouvé sa muse, qu'il filmera à cinq reprises. À 60 ans, le réalisateur se désintéresse un temps du cinéma, pour mieux y revenir à travers un triptyque : « Quelques jours avec moi », « Un cœur en hiver » et « Nelly et Monsieur Arnaud », son dernier film, dans lequel Michel Serrault apparaît comme...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi