Réchauffement climatique : l’été 2022 a été le plus chaud jamais enregistré

©IStock

Le premier reste celui de 2003, qui avait été particulièrement meurtrier.

Un été hors-normes… Pour le moment. Les trois derniers mois ont été particulièrement intenses, entre canicules, sécheresses, incendies et inondations. Mardi 30 août, Météo-France a fait le bilan de cet été inédit (juin-juillet-août, selon la météorologie) : il est le deuxième plus chaud observé en France depuis au moins 1900, avec un écart de + 2,3 °C par rapport aux nouvelles normales climatiques 1991-2020.

À lire également >> Canicule : Il fait chaud, et après ? Les conséquences concrètes du changement climatique sur nos vies

Celui de 2003, avec sa canicule ayant entraîné la mort de 15 000 personnes, reste au premier rang, avec une anomalie de température de + 2,7 °C.

La norme en 2050

Si les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine ne ralentissent pas, ces conditions climatiques deviendront la norme estivale autour de 2050. Pendant ces trois mois, nous avons subi trois canicules – la première, en juin, est par ailleurs la plus précoce jamais enregistrée. Elle avait été provoquée par un dôme de chaleur, dû à un vaste anticyclone au-dessus de l’Europe de l’Ouest. Au total, l’Hexagone a connu un record de trente-trois jours de vague de chaleur. C’est bien au-delà des vingt-deux jours de 2003, mais   « la sévérité cumulée des épisodes de l’été 2022 reste nettement inférieure à celle de l’été 2003 », précise Météo-France.

Des records absolus de températures

L’été 2022 a été celui de tous...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi