Les réels bienfaits du jeûne intermittent

Parée de mille et une vertus, la pratique a le vent en poupe. Mais quels sont ses réels bienfaits, études à l'appui ? Le Pr Jean-Louis Schlienger, ancien chef de service de médecine interne et de nutrition au CHU de Strasbourg, nous aide à faire le point.

Prévention des maladies cardio-vasculaires, perte de poids… nombreux sont les bénéfices que l'on prête au jeûne intermittent, qui consiste à se priver volontairement de nourriture à divers moments de la journée ou de la semaine. Jeûner un jour sur deux, deux jours sur cinq… « Différentes modalités existent, la plus commune étant le “fasting” ou jeûne intermittent 16-8 », développe le Pr Jean-Louis Schlienger. Le principe ? S'alimenter sur une fenêtre de huit heures sur vingt-quatre heures. Concrètement, il s'agit de sauter un repas, le petit déjeuner ou le dîner.

Une agression...

Quel que soit son rythme, « le jeûne correspond à une agression métabolique à laquelle l'organisme doit s'adapter et qu'il est difficile de tenir au long cours », commente le médecin. Dès lors que le jeûne excède le temps de la nuit, la néogluco-genèse s'enclenche. Ce système de sécurité permet à notre organisme de fabriquer du sucre, puisque ce dernier n'est plus apporté par l'alimentation. Or notre cerveau mais aussi nos globules rouges ont un besoin impératif de glucose pour fonctionner. Cette synthèse de glucose s'effectue dans le foie à partir de substrats musculaires et des graisses de réserve (tissu adipeux). Ces dernières se transforment en corps cétoniques, à l'effet légèrement euphorisant et satiétogène, qui deviennent le carburant prépondérant de notre organisme. « En jeûnant, on puise donc dans les réserves graisseuses...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi