Une réforme de la formation des sages-femmes définitivement adoptée au Parlement

© sturti / IStock

Le Parlement a définitivement adopté lundi soir, par un vote unanime de l'Assemblée nationale, une proposition de loi pour réformer la formation des sages-femmes et accorder plus de reconnaissance à la profession.

Déjà plébiscité lors de deux précédents votes à l'Assemblée et au Sénat, le texte prévoit d'ici 2027 d'intégrer totalement la formation des sages-femmes au sein des universités, pour « homogénéiser le niveau de formation », et « décloisonner les formations en santé », en priorité à travers les unités de formation et de recherche (UFR) de médecine ou de santé.

Le rôle « toujours plus étendu » des sages-femmes

Cette proposition de loi complète aussi ces études de maïeutique par la création d'un troisième cycle d'une durée d'un an, soit une sixième année de formation. Après une modification du texte au Sénat, il concernera les étudiants débutant « la deuxième année du premier cycle à compter de la rentrée universitaire 2024 ».

C'est « un beau texte », qui montre « le rôle toujours plus étendu » des sages-femmes « dans la santé des femmes », a souligné Agnès Firmin Le Bodo, ministre déléguée aux professions de santé.

Dans le camp présidentiel, le rapporteur Paul Christophe (Horizons), a salué l'ex-députée Annie Chapelier, présente en tribune et à l'origine du texte sous la précédente législature.« J'ai conscience que cette proposition de loi ne répond pas à tous les enjeux (...) Mais ce texte constitue une première pierre utile, incontournable et immédiatement applicable », a-t-il estimé.

Une meilleure reconnaissance

La députée écologiste Sandrine Rousseau a soutenu une « avancée indéniable »,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi