Réforme de l'IGPN, formations: les pistes envisagées par l'exécutif après l'affaire Michel Zecler

Jérémy Brossard avec Clément Boutin
·2 min de lecture
Emmanuel Macron à La Courneuve (Seine-Saint-Denis) le 7 avril 2020 - GONZALO FUENTES © 2019 AFP

Le chef de l'État a demandé, vendredi, au gouvernement de lui faire des propositions afin de réaffirmer la confiance de la population envers les forces de l'ordre et pour lutter contre toutes les discriminations.

Les images sont "inacceptables". Vendredi, Emmanuel Macron a pris pour la première fois la parole, dans une publication Facebook, sur la violente agression de Michel Zecler, un producteur de musique noir roué de coups samedi dernier par des policiers dans le XVIIe arrondissement de Paris.

Face aux récentes affaires de violences policières qui peuvent contribuer à alimenter la défiance entre la population et la police, le chef de l'État souhaite agir. Il a ainsi demandé au gouvernement de lui faire "rapidement des propositions pour réaffirmer le lien de confiance qui doit naturellement exister entre les Français et ceux qui les protègent". Il attend également des initiatives afin de "lutter plus efficacement contre toutes les discriminations".

La réforme de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) fait partie, selon une source au sein de l'exécutif consultée par BFMTV, des principaux chantiers envisagés. De même qu'un changement dans les formations continue et initiale des forces de l'ordre. Le gouvernement devrait travailler également sur la manière d'associer la population à l'action de la police. Les recrutements au sein de la police vont aussi être interrogés.

Une logique de discussions et d'avancées

L'entourage du président de la République insiste sur le souhait d'Emmanuel Macron d'être dans l'apaisement et de basculer dans une logique de discussions et d'avancées. Il sera vigilant sur les propositions demandées au gouvernement, notamment sur la question des discriminations.

Plusieurs réunions sont prévues la semaine prochaine entre les services des ministères et des administrations concernées. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin sera, par ailleurs, auditionné lundi par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, après les violences qui ont entaché l'action des forces de l'ordre depuis dix jours, a annoncé jeudi sa présidente.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :