Réforme des retraites : Franck Riester reconnaît que les femmes sont « un peu pénalisées » par le report de l’âge légal à 64 ans

© UGO AMEZ/SIPA

Interrogé sur les effets du report de l’âge légal sur la retraite des femmes, le ministre en charge des Relations avec le Parlement a reconnu du bout des lèvres que toutes ne sortiraient pas grandes gagnantes de la réforme prévue par le gouvernement.

Les éléments de langage du gouvernement pour défendre bec et ongles sa réforme des retraites commenceraient-ils à se fissurer ?

Alors qu’il y a deux semaines, la Première ministre Élisabeth Borne assurait que cette nouvelle mouture de la réforme serait « plus juste » pour les femmes, l’étude d’impact du projet de loi montre des résultats bien plus mitigés.

Certes, en augmentant le minimum de pension de retraite à 1 200 euros brut, la réforme devrait contribuer à réduire les écarts de pensions entre femmes et hommes. Mais elle va aussi forcer ces dernières à travailler plus longtemps en raison du report de l’âge légal à 64 ans.

Un « effort » plus important demandé aux femmes qu’aux hommes

Face à cette étude aux résultats implacables, Franck Riester n’a pu que concéder que les femmes ne seraient pas, contrairement à ce que le gouvernement avait martelé, les grandes gagnantes de la réforme.

Invité lundi 23 janvier de l’émission « Audition Publique » sur Public Sénat, LCP et Figaro Live, le ministre des Relations avec le Parlement a déclaré : « « Les femmes, pour atteindre leur durée de cotisation, utilisent notamment des trimestres validés par enfant […] Évidemment si vous reportez l’âge légal (à 64 ans), elles sont un peu pénalisées. On ne disconvient absolument pas. »

Avant d’ajouter, en guise de justification : « On n’a jamais dit que tout le monde était gagnant. On demande...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi