Réforme des retraites : ces "tensions" qu'Elisabeth Borne va devoir gérer

Jonathan Rebboah / Panoramic / Bestimage

Contestée de toutes parts, la proposition de réforme des retraites devrait être dévoilée mardi 10 janvier 2023, et sera politiquement le premier point important de cette nouvelle année. Laurent Berger, secrétaire général du premier syndicat français, craint que les tensions s’intensifient, et prédit la colère sociale que va devoir affronter Elisabeth Borne. Dans les colonnes du Parisien samedi 7 janvier 2023, il réaffirme aussi ses positions : un refus catégorique du report de l’âge légal. "Le report de l’âge légal de départ à la retraite, que ce soit 64 ou 65 ans, va toucher ces travailleurs que l’on avait qualifiés pendant le Covid de deuxième ligne, soit les travailleurs du maintien à domicile, de l’agroalimentaire, du bâtiment, de la livraison, du commerce…", explique-t-il. "Il faut que ce soit clair, même avec des mesures positives sur les carrières longues ou la pénibilité, on reste opposé à la réforme avec une mesure d’âge. Il n’y aura pas de deal avec la CFDT", détaille-t-il. "Tous ceux qui bénéficient aujourd’hui du dispositif carrières longues vont être amenés à travailler deux ans de plus si c’est 64 ans, trois ans de plus si c’est 65 ans. C’est ça qu’il faut comprendre !".

Laurent Berger ne cache pas son profond désaccord avec le gouvernement, et harangue notamment Elisabeth Borne : "Attention, Madame la Première ministre, il y a aujourd’hui beaucoup de tension sociale, beaucoup de difficultés sociales, d’angoisses, de conflictualité, beaucoup de ressentis négatifs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite