Réforme du RSA et de Pôle emploi : risquerez-vous encore une radiation ?

De nouvelles précisions sur les sanctions prévues contre les bénéficiaires des indemnités chômage et les allocataires du RSA. À l’occasion d’un échange avec la presse, ce mardi 23 mai, le ministre du Travail, Olivier Dussopt, est revenu plus en détail sur la réforme de Pôle emploi, qui deviendra France Travail à compter du 1er janvier 2024. Réforme à laquelle est liée celle du revenu de solidarité active (RSA). Dans ce cadre, il est prévu d’inscrire automatiquement les allocataires de cette prestation sociale à France Travail. Dans le même temps, un système de sanctions rénové sera mis en place pour ceux qui ne respectent pas leurs obligations.

“Le RSA est un échec collectif”, a admis Olivier Dussopt, s’appuyant sur des données de la Cour des comptes. Dans un rapport publié en janvier 2022, l’institution de la rue Cambon alerte sur le fait que sept ans après leur entrée au RSA, 42% des allocataires perçoivent encore cette prestation, tandis que 34% en sont sortis et sont en emploi. Et parmi ces derniers, seul un tiers occupe un emploi de façon stable. “Personne ne peut se satisfaire de ces chiffres-là. Qu’est-ce qui pêche ? Le manque d’accompagnement”, a reconnu le ministre du Travail.

Dans le détail, selon le locataire de la rue de Grenelle, il y a actuellement 1,95 million d’allocataires du RSA. Or parmi eux, 350.000 ne font l’objet d’aucun suivi, ni social ni socio-professionnel. “Ça ne marche pas”, a insisté Olivier Dussopt. D’où l’idée de mettre en place, via la réforme de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Emploi dans le numérique : 85.000 postes attendent d'être pourvus
Lundi de Pentecôte : pourquoi vous pourriez travailler "gratuitement" lors de ce jour férié
McDo, Burger King, Club Med… ces entreprises visent plus de 90.000 recrutements en 2023
Fonction publique : top départ pour les discussions salariales entre le gouvernement et les syndicats
Arrêt de travail : les raisons de l’absentéisme record des salariés en 2022