Ce que les régionales disent des présidentielles

·1 min de lecture

Après les résultats des régionales, les regards se tournent désormais vers 2022 et les élections présidentielles. Pour ELLE, Armelle Le Bras-Chopard, politologue, analyse les forces en présence. 

ELLE. Les régionales ont connu un taux d’abstention record. Ce phénomène menace-t-il également les présidentielles ?  

Armelle Le Bras-Chopard. Difficile de faire une projection ou une comparaison avec les présidentielles. Les candidats y sont peu nombreux et donc, par définition, bien identifiés. Les programmes peuvent aussi y être, en principe, plus clairs. C’est une élection où les électeurs se déplacent beaucoup plus, on peut espérer une abstention bien moindre.  

Lire aussi >> Régionales : que faut-il retenir du second tour ?

ELLE. Le RN notamment a souffert de l’abstention. Quelles leçons doit tirer le parti en vue de la présidentielle ?  

A. L-C. L’abstention n’a pas joué en faveur du RN. Ça a été la surprise. On disait pourtant que le vote en faveur du RN était un socle très sûr : peut-être que les autres électeurs n’allaient pas voter, mais cela faisait justement monter le pourcentage de votes en faveur du RN. Cette fois, il n’y a pas eu le « sursaut » sans doute attendu pour le second tour.  

Les candidats du RN aux régionales souffraient peut-être d’un manque de visibilité. Ce n’est pas un problème pour Marine Le Pen. L’élection présidentielle est très incarnée – c’est quand même un homme ou une femme qu’on élit. La personnalité de Marine Le Pen pourra donc jouer, du moins s’il n’y a pas de nouvelles erreurs, comme celle du débat de l’entre-deux tours en 2017.  

ELLE. Xavier Bertrand, arrivé en...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles