Régionales : que faut-il retenir du premier tour ?

·1 min de lecture

Une abstention record, des barons locaux bien partis pour rempiler, LR qui sourit, le RN qui fait grise mine et LREM qui ne décolle pas : cinq choses à retenir du premier tour des élections régionales. 

Une abstention record

Elle était redoutée et attendue mais peut-être pas dans de telles proportions. Jamais dans l’histoire de la Ve République, les Français ne s’étaient aussi peu mobilisés pour des élections, hors référendum. Le taux d’abstention se situerait entre 66,1 % et 68,6 % d’après les instituts de sondage, du jamais vu depuis les premières élections régionales en 1986. Le précédent record pour un premier tour des régionales, de 53,67 %, datait du scrutin de 2010.

Lire aussi >> « Sab » Roubache, l’ex-gamine des HLM entrée en politique

Après des mois de confinement et de restrictions sanitaires en raison de l’épidémie de Covid, les Français ont boudé ce dimanche électoral. Un niveau d’abstention « extrêmement préoccupant », selon le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin. Le signe d’une crise démocratique inquiétante à moins d’un an de l’élection présidentielle.

Douche froide pour le RN

Pour Marine Le Pen, qui était donnée au coude-à-coude avec LR par les sondages, l’abstention est la principale cause des mauvais résultats de son parti. Pour la candidate à la présidentielle, ses électeurs « ne se sont pas déplacés ». Elle appelle au « sursaut » en vue de dimanche prochain. En creux, Marine Le Pen formule le constat d’une désillusion. Le parti d’extrême droite enregistre entre 8 et 9 points de moins qu’en 2015.

En Paca, la tête de liste RN Thierry Mariani devancerait d’un cheveu le...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles