Ce qui réjouit... Charlotte Reindhart, la petite-nièce de Django Reindhart

©Vladimir Vatsev

Pianiste et compositrice, la petite-nièce de Django Reinhardt sort son deuxième album, « Colors ». Elle nous invite dans son monde envoûtant.

Ses racines tsiganes              

« J’ai toujours su que j’avais une grand-mère maternelle tsigane et trapéziste, mais cette histoire était entourée de zones d’ombre… Il y a dix ans, un de mes amis a rencontré une famille de musiciens tsiganes, et il a insisté pour m’emmener les écouter. J’ai posé les pieds sur la péniche où ils jouaient et je me suis sentie chez moi. Tout à coup, tout faisait sens : ma soif de liberté, cette tendance à ne pas tenir en place… Ma mère pensait que ma grand-mère était morte. Mais nous l’avons retrouvée, elle vivait à Forbach. C’est à ce moment-là que j’ai découvert aussi que Django Reinhardt était son cousin. »  

À lire aussi >> Vincent Delerm chez Eddy de Pretto                                     

Plonger dans la musique              

« J’ai commencé à composer de la musique vers 12 ans. Cela correspond à un besoin de m’évader, de créer un monde, de plonger dans une histoire. Tout peut m’inspirer, un rayon de soleil qui tombe sur le piano, le paysage… Au départ, je voulais écrire des musiques de film – j’ai d’ailleurs imaginé celle de “L’Autre”, premier film de Charlotte Dauphin. J’ai fait le conservatoire, et mon parcours, très classique, m’a d’abord portée vers l’accompagnement au piano de chanteurs aussi célèbres que Roberto Alagna, Placido Domingo… J’ai ensuite sorti un album de chansons, il y a quelques années, mais il était trop...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles