Réouverture des écoles : en direct, Michel Cymes interpelle le Ministre de la Santé

Masques, restrictions liées aux déplacements, tests... Ce sont les sujets abordés par l’animateur vedette Michel Cymes, aux commandes d’un nouveau numéro spécial des Pouvoirs du corps humain sur France 2, ce 12 mai. L’objectif de ce programme était de répondre aux nombreuses questions soumises par les Français concernant le déconfinement, qui est effectif depuis ce lundi 11 mai. Durant ce prime diffusé en direct, le médecin, qui était sur le devant de la scène depuis le début de l’épidémie de Covid-19, était accompagné de Jamy Gourmaud, d’épidémiologistes, de généralistes et d’infectiologues.

Autre invité : le ministre de la Santé Olivier Véran. Durant ce prime, Michel Cymes a interpellé l’homme politique et médecin au sujet de la réouverture des écoles et s’est montré insistant. "Vous avez la chance d’avoir un conseil scientifique avec les plus grands noms de l’épidémiologie et de l’infectiologie en France. Ce conseil joue son rôle, il vous conseille. Il vous conseille de ne pas ouvrir avant septembre et vous ouvrez aujourd’hui ?", a interrogé l’animateur.

Réouverture des écoles : "concilier impératif sanitaire avec impératif scolaire"

Une interrogation à laquelle le ministre de la Santé a immédiatement apporté une réponse. "Nous avons fait le choix de concilier impératif sanitaire avec impératif scolaire. Depuis hier, 1 million d’enfants peuvent retrouver le chemin de l’école. Toute décision de politique publique peut avoir des conséquences positives mais aussi des impacts négatifs. Au bout d’un moment, semaine après semaine, lorsque vous éloignez les enfants de l’école et que vous les laissez confinés dans le milieu familial, on sait que ça peut être compliqué. L’apprentissage est important".

"Après l’avis du Conseil Scientifique, nous avons donc posé une autre question au conseil scientifique : si nous devons rouvrir les écoles, sous quelles conditions cette ouverture doit pouvoir se faire ? Et là, le conseil scientifique nous a préconisé des recommandations. Le Haut

(...) Cliquez ici pour voir la suite