Réseaux sociaux : les contenus “body positive” sont bons pour votre santé mentale, démontre une étude

Pexels

Nombreux·ses sont celleux que les réseaux sociaux ont tendance à démoraliser. Depuis plusieurs années, on observe qu'Instagram, Facebook et TikTok sont devenus des vitrines du paraître, où chacun·e poste à sa guise des clichés de son corps mince, svelte, musclé, et ce, jusqu'à faire pâlir celleux qui scrollent sans modération ces photos de corps considérés comme "parfaits". Selon une étude publiée en 2016, les réseaux sociaux sont néfastes pour l'estime de soi, notamment parce qu'ils poussent à se comparer aux autres, notamment à cause de clichés retouchés. Pourtant, ils n'ont pas que du mauvais, si l'on en croit une autre étude publiée récemment par l'Université de Nouvelle-Galles, en Australie.

Selon la doctorante Jasmine Fardouly, opérer des changements dans son utilisation des réseaux sociaux permettrait d'améliorer l'estime de soi. Dans son étude publiée dans Science Direct et relayée par Stylist, elle explique que "voir même seulement un petit nombre de messages positifs sur le corps sur les réseaux sociaux peut être une façon efficace et significative d'améliorer l'image que les jeunes femmes ont de leur corps."

Pour constater ce résultat, la chercheuse a suivi 159 femmes divisées en trois groupes, parmi lesquels elle a recommandé à certaines de suivre un groupe Facebook positif pour le corps, à d'autres de suivre un groupe Facebook neutre sur l'apparence, et aux dernières, d'utiliser Facebook de la même façon que d'habitude.

Résultat : en deux semaines, les participantes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

On pourra bientôt détecter les troubles bipolaires avec une simple prise de sang
Selon une étude, plus nous sommes proches de la nature, moins nous prenons de médicaments
La méthode des 2 jours, la solution pour enfin tenir nos bonnes résolutions
Notre microbiote évolue au contact de notre famille, de nos amis et même de nos voisins, selon une étude
20 résolutions à prendre en 2023 pour préserver sa santé mentale [DIAPORAMA]