Des résidus chimiques dans le vagin à l’origine de naissances prématurés ?

![CDATA[Shutterstock]]

Pourra-t-on un jour prédire – et donc prévenir – les naissances prématurées ? Représentant 8% des naissances en France selon l’association SOS préma, elles interviennent avant la 37e semaine de grossesse. Selon une nouvelle étude américaine publiée ce 12 janvier dans la revue Nature Microbiology, des produits chimiques retrouvés dans le vagin de femmes enceintes pourraient avoir un impact sur la survenue de naissances prématurées.

Les chercheurs de l’université de Columbia ont suivi 232 femmes dans leur deuxième trimestre de grossesse jusqu’à la naissance de leur enfant : parmi elles, 80 ont accouché prématurément. Ils ont particulièrement porté leur attention autour du métabolome vaginal, soit l’ensemble de petites molécules que l’on trouve dans une partie du corps. "Le métabolome peut être considéré comme une lecture fonctionnelle de l’écosystème dans son ensemble", indique dans un communiqué le Pr Tal Korem, qui a participé à l’étude.

Constat : les femmes ayant accouché avant 37 semaines de grossesse présentaient un taux particulièrement élevé de substances chimiques non-organiques, c’est-à-dire qui ne sont produites ni par les humains ni par les microbes. Si la source de ces produits n’a pas été formellement identifiée chez les participantes, l’étude affirme qu’ils pouvaient aussi "être trouvés dans les cosmétiques et les produits d’hygiène".

"Nos résultats suggèrent que nous devons examiner de plus (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Bronchiolite bébé : traitement, symptômes, que faire ?
Les jeux vidéo améliorent l'attention et la concentration des enfants
Streptocoque A : contagion, traitement, cas et décès en France
Youtube, TikTok, Snapchat et Instagram nuisent-ils à la santé mentale des élèves ?
L'huile d'olive serait bénéfique pendant la grossesse, selon une étude