Comment réussir une crème anglaise ?

Nous vous dévoilons toutes nos astuces pour une bonne crème anglaise qui vous permettra de sublimer vos pâtisseries et desserts !

Comment réussir une bonne crème anglaise ?

Le plus important pour réussir une crème anglaise : utiliser des œufs ultra frais, du lait frais et entier, et contrôler la température de cuisson. Pour environ un litre de crème anglaise, vous aurez besoin d’un litre de lait, de 8 jaunes d’œufs, de 200 grammes de sucre, et d’une gousse de vanille. Commencez par porter le lait à ébullition dans une casserole. Laissez infuser votre gousse de vanille ouverte en deux. Séparez les blancs des jaunes, puis faites blanchir les jaunes avec le sucre à l’aide d’un fouet. Incorporez ensuite petit à petit le lait chaud au mélange de jaunes d’œufs et de sucre, tout en mélangeant au fouet. Reversez ensuite le tout dans votre casserole, sans cesser de mélanger avec une cuillère en bois. Augmentez la température petit à petit jusqu’à arriver à 85 degrés, contrôlez bien l’aspect de votre crème, et ne la laissez pas bouillir sous peine de la rater. Laissez cuire 2 à 3 minutes, puis enlevez-la du feu, et passez-la immédiatement au tamis. Continuez à remuer la crème anglaise pendant qu’elle refroidit pour ne pas laisser de peau se former. Servez votre crème anglaise, ou gardez-la au réfrigérateur pendant une journée. Pour ne pas gaspiller les blancs des œufs, vous pouvez réaliser des îles flottantes !

Pour savoir si votre crème anglaise est réussie, il suffit de contrôler sa consistance : elle doit être onctueuse, mais pas trop épaisse. Pour vérifier si elle a la consistance requise, vous pouvez tremper une cuillère en bois dans votre crème, puis passer votre doigt au milieu du dos de la cuillère : si une ligne se forme, et si le trait demeure sans que le reste de la crème se referme sur la cuillère, votre crème anglaise est parfaite !

⋙ Découvrez notre recette de la crème anglaise au cidre

D’où vient le nom de crème anglaise ?

Le nom « crème anglaise » vient, comme son

(...) Cliquez ici pour voir la suite