R. Kelly jugé coupable de crimes sexuels : ce que la justice reproche au chanteur

·1 min de lecture

L'auteur du tube I Believe I Can Fly est tombé de très haut, rattrapé en plein vol par l'ère MeToo. R. Kelly a été reconnu coupable, lundi 27 septembre 2021, par un tribunal de New York d'une série de crimes sexuels, dont celui d'avoir dirigé pendant des années un "système" d'exploitation sexuelle de jeunes femmes, dont des mineures. Les juges ont retenu les neuf charges qui pesaient contre l'ancienne star déchue du R&B, dont ceux d'extorsion, d'exploitation sexuelle de mineur, d'enlèvement, de corruption et de travail forcé. Il était jugé depuis plus de six semaines pour des faits qui ont débuté en 1994 et qui se seraient prolongés jusqu'en 2018. Cette décision intervient donc après un procès qui marquera un tournant, au cours duquel plus de cinquante témoins ont dressé un portrait accablant du chanteur, qui aurait abusé sexuellement de ses victimes, lesquelles ont décrit des viols, des prises de drogues forcées, des situations d’emprisonnement ou encore des faits de pédopornographie.

Les débats se sont rapidement concentrés sur le "système" mis en place par R. Kelly pour attirer grâce à sa notoriété de très jeunes femmes et les agresser sexuellement, avec la complicité de son entourage, comme dans une sorte d'entreprise mafieuse, selon l'accusation. "Ce n'est pas un génie. C'est un criminel. C'est un prédateur", avait affirmé la procureure adjointe Nadia Shihata dans son réquisitoire la semaine précédente. Nombre de victimes ont raconté avoir rencontré la star lors de concerts, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles