Rachida Dati, habillée de façon “trop bling-bling” ? Elle pousse un gros coup de gueule

L’habit ne fait pas le moine, dit le proverbe. Et ce n’est pas Rachida Dati qui dira le contraire. Invitée dans C à vous lundi 18 novembre 2019 pour évoquer la sortie de son livre La Confiscation du pouvoir, publié aux éditions Plon, l’ex-Garde des Sceaux a poussé un coup de gueule contre ceux qui jugent qu’elle serait trop “bling-bling.” Dans son livre, elle revient notamment sur un épisode très précis. Il s’agit en effet de l’interview avec une éditorialiste de magazine féminin qui lui aurait demandé : “Quand on vous reproche d’être bien habillée, ce que l’on vous reproche en réalité, n’est-ce pas de trahir votre condition ?” Sur le plateau, Anne-Elizabeth Lemoine et Patrick Cohen rappellent d’ailleurs à la Maire du VIIe arrondissement de Paris les jugements de certains détracteurs qui lui ont reproché d’être “trop bling-bling comme Nicolas Sarkozy.” Ils ressortent, entre autres, une vieille Une de Paris Match où l’ancienne Ministre pose en robe Dior.

⋙ Vidéo - "C à vous" : Patrick Cohen provoque la colère des internautes après une remarque jugée "sexiste" envers Rachida Dati

Alors que l’animatrice Anne-Elisabeth Lemoine l’invite à réagir, Rachida Dati se souvient, en évoquant sa conversation avec ladite éditorialiste : “Je la cite dans le livre, effectivement. On a une interview, elle voulait faire un portrait de femme. Elle pensait être empathique avec moi et me dit ‘Quand même, ce n’est peut-être pas normal que vous soyez si bien habillée voire trop bien habillée. Vous n’avez pas le sentiment que vous trahissez votre condition ?’” En repensant à cet épisode, Rachida Dati s’agace : “Je trouve cela un peu violent. Maman a toujours mis un point d’honneur à ce que l’on soit bien habillés, bien coiffés. Elle était couturière, elle nous faisait nos vêtements. Alors ça faisait rire tout le monde parce qu’elle achetait du tissu et elle faisait les draps, les coussins, les rideaux et les vêtements dans le même tissu.” Et de conclure : “J’ai dit “Attention, parce que la deuxième

(...) Cliquez ici pour voir la suite