Les radars autonomes, nouvelles terreurs des routes

·1 min de lecture

Ils sont gros, ils sont moches, mais ils sont mobiles. Les radars autonomes pourraient bien vous pourrir les vacances si vous ne prenez pas garde à respecter les limitations de vitesse en dehors des zones où sont signalés les radars fixes. Jusque-là utilisés sur les chantiers de bord de route, ces 262 dispositifs se déploient sur l’ensemble des routes de France à partir de cet été.

Ces engins de contrôle sont installables très rapidement (il ne faut pas plus d’une demi-heure pour les mettre en marche), et très mobiles puisqu’ils sont placés à l’intérieur d’une remorque (d’où leur aspect volumineux) qui contient à la fois le radar proprement dit et les batteries qui lui garantissent une autonomie de plusieurs jours.

Capables de faire la différence entre les véhicules autorisés à rouler à 80 km/h et ceux qui peuvent aller jusqu’à 90 km/h, ils séviront principalement sur les longues lignes droites sans séparation (les plus mortelles) ou les routes comportant des virages particulièrement dangereux (eh oui, ils sont également fonctionnels dans les tournants). Ne vous réjouissez pas trop vite si vous en apercevez un de l’autre côté de la route où vous êtes en train de rouler : ils peuvent flasher sur quatre voies…

Installés à titre préventif, ils ne sont pas là « pour faire de l’argent », selon les autorités. Il vous en coûtera quand même assez cher si jamais vous dépassez les limites autorisées : entre 68 et 135 euros en cas d’excès de vitesse de moins de 50 km/h.

À lire aussi : (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles