Radiateur électrique, comment bien le choisir

Encore très présent dans nos logements, le convecteur électrique n’a plus la cote. Température mal répartie, air sec, odeur de brûlé : le bon vieux "grille-pain" a vécu. Aujourd’hui, place aux radiateurs nouvelle génération, dits "à inertie". Ils diffusent la chaleur en continu, sans à-coups, et rayonnent à la manière du soleil. Une agréable sensation ! Deux technologies existent : l’inertie sèche, obtenue par un matériau accumulateur de chaleur type pierre ou fonte, et l’inertie fluide, avec une huile minérale.

Je veux faire des économies Équipez-vous d’un appareil "intelligent" avec thermostat électronique (pour régler précisément la température), programmation (pour passer automatiquement en mode éco lorsqu’on est absent et la nuit), détecteurs d’ouverture de fenêtre et de présence, etc. L’info en plus : piloter son radiateur à distance, via son smartphone, permet de mieux gérer les imprévus pour faire baisser la facture. On s’équipe d’un boîtier connecté

Je rêve d’un confort au topMisez sur un appareil à inertie pour une chaleur douce. L’inertie fluide (avec une huile minérale) est une valeur sûre car l’ensemble du radiateur est irrigué pour un rayonnement maximal. L’inertie sèche, obtenue grâce à un matériau accumulateur de chaleur, peut aussi être très agréable. À noter : la capacité de rayonnement d’un radiateur à inertie sèche varie selon les modèles. Elle dépend notamment de la taille du "cœur de chauffe" (en pierre, fonte, etc.) : plus celui-ci est grand, plus c’est confortable.

J’ai un petit budgetLes panneaux rayonnants (dès 40 €) montent rapidement en température mais n’ont aucune inertie : ils refroidissent vite. Ces convecteurs améliorés sont à réserver aux lieux de passage (entrée, couloir) et peu occupés (chambre d’amis, bureau). Le conseil : dans le séjour et les chambres, préférez les radiateurs à inertie, plus confortables (dès 70 €).

J’ai envie de designSurfaces lisses ultramodernes, lames plates verticales ou horizontales, formes galbées à l’ancienne

(...) Cliquez ici pour voir la suite