Raideur musculaire : définition, causes, symptômes, traitement

Istock/Staras

La raideur musculaire se traduit généralement par une douleur et une limitation de l’amplitude articulaire. La sensibilité provoque également une perte de force. Pour autant, les raideurs musculaires sont souvent bénignes et ne portent pas à conséquence si elles ne deviennent pas chroniques.

La raideur musculaire, qui est une tension excessive d’un ou de plusieurs muscles, est un symptôme plus qu’une maladie à part entière. Elle est ainsi présente dans diverses pathologies ou simplement en cas de fatigue musculaire. Pour mieux comprendre ce phénomène, un petit rappel de physiologie est utile. Dans le cadre d’un effort, les muscles vont avoir besoin d’un apport en oxygène important pour pouvoir fournir de l’énergie. En cas de manque, de l’acide lactique va se former et, en s’accumulant, il va léser les fibres musculaires dont l’inflammation engendrera une raideur musculaire. Il s’agit là de la raideur qu’on observe en cas de courbatures et de crampes. Il faut garder à l’esprit que de nombreuses pathologies peuvent se traduire par une raideur musculaire.

Il existe de très nombreuses causes aux raideurs musculaires. En effet, elles peuvent être dues :

À noter que des causes également bénignes que le maintien prolongé dans une même position peuvent expliquer certaines raideurs musculaires passagères. De plus, avoir un mode de vie sédentaire favorise les raideurs et les déséquilibres musculaires, comme le souligne le site nutripure.fr.

Enfin, comme le rappelle le site KinéMédical, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite