Raphaëlle Ricci révèle avoir été menacée à cause de la “Star Academy”

2001. La France découvre un télé-crochet qui deviendra culte : la Star Academy. L’émission, présentée par Nikos Aliagas, a pour but de nommer le ou la meilleur.e artiste parmi tous les inconnus qui se sont portés candidats, qui vivront et apprendront au château de Dammarie-lès-Lys. La grande gagnante du programme ? Jenifer... qui repart avec une coquette somme de un million d’euros. Elle ressort également du château avec la promesse d’un album, d’une tournée dans toute la France mais aussi d’un concert dans une mythique salle parisienne, l’Olympia. Côté corps enseignant, les téléspectateurs retrouvent, dans l'émission : Armande Altaï pour le chant, Kamel Ouali pour la danse, Vincent Fournier pour le sport ou encore Raphaëlle Ricci pour l’expression scénique. A l’occasion de la rediffusion des primes du programme sur YouTube, cette dernière s’est confiée sur son expérience lors d’un live organisé mardi 5 mai 2020 sur Instagram. Elle révèle notamment avoir été la cible de violentes critiques et de menaces.

Des gardes du corps à disposition 24 heures sur 24

“Pour les gens, j'étais une professeure très très méchante”, se souvient Raphaëlle Ricci. “J'ai reçu des menaces. Au fil des ans, cette émission avait pris tellement d'ampleur, médiatiquement parlant, que ça a été super compliqué à gérer." Résultat : Raphaëlle Ricci reçoit parfois des “crottes de chiens” dans sa boîte aux lettres, doit faire face aux gens qui viennent devant chez elle. Finalement, la professeure décide d’arrêter l’aventure. “J'ai dit stop. J'ai dit que ce n'était pas possible pour moi d'envisager que des gens puissent avoir envie de me tuer”, poursuit-elle. “Ils ne seraient certainement pas passés à l'acte mais quand la production décide de te mettre des gardes du corps à disposition 24 heures sur 24 c'est que ça devait être grave. Et encore, la production ne m'avait pas donné tous les détails. Ça, c'était le pire de l'émission.” Raphaëlle Ricci n’oublie toutefois pas les bons moments passés grâce au

(...) Cliquez ici pour voir la suite