Je me suis rasée la tête et c'était libérateur (mais pas seulement)

Balance tes cheveux ! Si les personnalités les plus inspirantes n'hésitent pas à le faire, se raser la tête lorsque l'on est une femme est toujours compliqué. Et le regard des autres, jamais tout à fait bienveillant. Pour Terrafemina, vous êtes venues nous en parler.

Se raser les cheveux quand on est une femme n'est pas un acte anodin. Car cela raconte toujours quelque chose sur la féminité et les préjugés qu'on lui accole. En délaissant ses tifs, on attire les regards, et les jugements qui vont avec. Bien sûr, certaines assument et en font une fierté. Mais d'autres ne supportent pas ce poids qui vient s'ajouter à une charge mentale déjà considérable. D'autres encore font fi de ces remarques, sans pour autant trouver dans leur nouveau look quoi que ce soit de réellement émancipateur.

Il faut dire que la relation que nous entretenons avec nos cheveux est intime. Singulière. Et politique. Et puisqu'elle est tout cela à la fois et bien plus encore, impossible d'aborder le sujet sans interroger les principales concernées. Pour Terrafemina, elles sont revenues sur leur parcours de combattante, traversé à grands coups de ciseaux. Un périple ponctué de role models, de leçons de style et de féminisme.

Rien que pour leurs cheveux

Combattante, oui, car afficher une coupe courte a tout de l'expérience sociale. Hannah, le sait. Ses longs cheveux, cette jeune femme de 29 ans s'en est séparée pour les offrir à l'association Solid'Hair, qui confectionne des perruques pour les femmes atteintes du cancer. Sans regrets : elle voulait voir "ce que ça fait" de ne pas sentir ses mèches tomber sur ses oreilles. Mais affronter les ciseaux n'est rien comparé aux regards des autres. Dans la rue, on la scrute. Lors des rencards (qui diminuent considérablement depuis l'actualisation de sa photo de profil), même constat. Certains passent carrément leurs mains sur son crâne en blaguant : "ça porte chance !", se souvient-elle. Les numéros un sur le podium de la gênance.

Bref, on la considère presque comme une bête curieuse. Et puis, en retirant sa crinière, on vous accole des étiquettes : une femme à la tête rasée serait forcément lesbienne, bisexuelle, ou "radicale" - le terme effrayant pour dire... Lire la suite sur le site Terrafemina
5 conseils pour être (enfin) prise au sérieux au travail
8 tactiques pour (enfin) dormir avec un homme qui ronfle
Transformer des yeux marrons en yeux bleus ? C'est maintenant possible
Grands-parents : ces 18 étapes qui vous ont filé un coup de vieux
10 mannequins différents qui font du bien à la mode