Reconfinement : les écoles pourraient-elles rester ouvertes?

·2 min de lecture

L’option d’un nouveau confinement pourrait être envisagée par le gouvernement pour lutter contre la propagation de la Covid-19. Ce mercredi, Emmanuel Macron prendra la parole à 20 heures afin d’annoncer les nouvelles restrictions sanitaires. Si un confinement est mis en place, des mesures plus souples pourraient être instaurées, notamment au niveau des écoles maternelles et primaires.

Pour l’heure, la rentrée des vacances de la Toussaint est toujours maintenue au lundi 2 novembre, mais aura-t-elle lieu ? Si un confinement plus souple est décidé, les écoles maternelles et primaires pourraient rester ouvertes, mais avec des précautions sanitaires supplémentaires. "Les enfants sont moins contaminés et moins contaminants mais il faut tout de même renforcer les mesures existantes. Cela passe par une aération des classes supérieure à la normale et un non-mixage des classes, notamment à la cantine", indique Robert Cohen, pédiatre et infectiologue à LCI.

Cependant, le dernier bilan épidémiologique de Santé Publique France, publié le 22 octobre, a observé une hausse du taux d’incidence du virus chez les plus jeunes. Par rapport aux dernières semaines, ils sont également de plus en plus nombreux à aller se faire dépister (+ 34%). Le 15 octobre, l’institution a recensé près de 814 clusters dans les milieux scolaires et universitaires.

La place des enfants dans la crise sanitaire est toujours incertaine. "Il est aujourd'hui très difficile de savoir quel rôle les plus jeunes jouent dans la chaîne de transmission, notamment parce qu'ils sont nombreux à développer des cas asymptomatiques. On ne sait pas si un élève a contaminé son professeur ou va ramener le virus à la maison", explique Bertrand Maury, professeur de mathématiques à l’université Paris-Saclay à nos confrères de la Dépêche. Ce dernier étudie notamment les différents modèles mathématiques afin de réduire les contaminations dans les établissements scolaires.

Depuis plusieurs semaines, le professeur Maury a constaté une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite