Reconfinement bien plus long que prévu ? Cette phrase de Bruno Le Maire qui fait craindre le pire

·2 min de lecture

Dès jeudi 29 octobre 2020 à minuit, les Français vont rentrer dans le deuxième confinement imposé par le gouvernement pour stopper l'épidémie du coronavirus. Lors de cette annonce formulée par Emmanuel Macron la veille, il a déclaré que le confinement durerait jusqu'au mardi 1er décembre 2020 minimum. Depuis, les Français espèrent qu'il ne sera pas prolongé à plusieurs reprises, comme ça avait été le cas lors du premier confinement. Seulement, lors de la conférence de presse tenue par Jean Castex et d'autres membres du gouvernement jeudi 29 octobre 2020 en fin de journée, une phrase du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a glacé le sang des citoyens. "Le renforcement massif du fonds de solidarité se lit dans les chiffres. Nous allons lui consacrer six milliards d'euros par mois de confinement", a-t-il lancé, laissant sous-entendre que la période de confinement pourrait donc durer plus qu'un mois. À plusieurs reprises lorsqu'il a détaillé le plan financier mis en place pour aider les entreprises qui vont devoir fermer ou qui vont voir leur chiffre d'affaires diminuer nettement, il a répété le montant qui serait dégagé par l'État, par mois de confinement.

Déjà la veille, Emmanuel Macron ne s'était pas montré plus optimiste lorsqu'il a évoqué les fêtes de fin d'année. Alors qu'il a assuré que le confinement était en partie mis en place pour tenter de sauver Noël, il n'a pas garanti que les familles pourraient se rassembler. "Nous verrons si nous pouvons cultiver l'espoir de célébrer en famille ce moment si précieux de Noël et des fêtes de fin d'année", a-t-il déclaré entre deux annonces. Lors de la conférence de presse qui s'est tenue jeudi 29 octobre 2020, la question sur la durée du confinement a été posée. Le ministre de la Santé, Olivier Véran a expliqué qu'il faudrait attendre une semaine avant de voir un impact sur le nombre de nouveaux cas par jour et environ 18 jours sur la charge qui pèse sur l'hôpital. "À partir de là, on aura une indication pour savoir si (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite