Comment reconnaître un parent toxique ?

Un parent toxique, qu’est ce que c’est ?

Un parent toxique engage une relation qui ne favorise pas le bon développement de son enfant. Julie Scouppe, psychologue, développe sur ce sujet : "Un parent peut être toxique de deux façons : soit volontairement, car il y a des enjeux de pouvoirs ou de domination. Soit involontairement, car il cherche à réparer quelque chose de sa propre histoire et il est tourné vers ses propres besoins plutôt que ceux de son enfant. "

Un parent peut-il se rendre compte qu’il est toxique ?

Pour Julie Scouppe, ce n’est pas souvent le cas : " S’en apercevoir tout seul, c’est compliqué. Quand on accepte d'en parler avec des proches ou de se remettre en question, cela facilite le processus. Les prises en charge psychologiques ou les thérapies familiales vont également aider en remettant l'enfant au centre des discussions. "

D’après la psychologue, les personnes toxiques ne veulent pas forcément faire du mal à l’autre. Sauf qu’elles sont tellement centrées sur elles-mêmes, qu’elles blessent leur entourage. Face à un adulte, un enfant n’a pas les moyens de se défendre.

" Un enfant a besoin de ses parents, car il évolue dans l'environnement quotidien qu’ils lui proposent. Leur relation est toxique quand l’enfant doit faire comprendre à ses parents ce qui ne va pas. À l’adolescence ou à l’âge adulte, les personnes se rendent plus facilement compte que certains propos n’ont pas été adaptés " explique la professionnelle.

Les parents " poules " sont-ils nocifs pour leurs enfants ?

Ces parents sur protecteurs ont une seule idée en tête : que leur enfant soit heureux. Mais d’après la psychologue, ce n’est pas toujours la meilleure chose à faire pour le bien-être de son enfant. " Cela part d’une bonne intention de le protéger et d’être toujours au courant de ce qu’il fait. Cependant, quand les parents sont trop intrusifs, c’est mauvais pour l’enfant. "

Pour éviter cette situation compliquée, Julie Scouppe donne un conseil : trouver le juste-milieu. Être protecteurs

(...) Cliquez ici pour voir la suite