Recyclage automobile : une économie circulaire qui tourne rond

·1 min de lecture
DR

Enjeu majeur du développement de la mobilité durable, le recyclage automobile demeure une activité méconnue et pour tant ô combien essentielle au respect de l’environnement. Visite chez les professionnels de la déconstruction…

Dans l’entreprise Indra Automobile Recycling à Romorantin, à 200 kilomètres au sud de Paris, on ne parle pas de destruction, ou si peu, mais plutôt de déconstruction, l’art de démonter une voiture pour en extraire les éléments pouvant être réutilisés. Sur le site de la société, détenue à parts égales par Suez et Renault, on recycle ainsi près de 5000 véhicules chaque année… Sur un total de 1,6 million d’automobiles mises à la casse tous les ans , le réseau Indra (380 sites en France) en absorbe 600000. Eh oui, les voitures, c’est bien de les fabriquer, c’est sympa de les utiliser, mais c’est surtout primordial de les faire disparaître proprement.

Lire aussi:Des millions de batteries à recycler: comment l'automobile se prépare pour 2030

Celles qu’Indra collecte au jour le jour proviennent d’un peu partout: de la fourrière, lorsqu’elles ne sont jamais récupérées par leur propriétaire, du bord de la route quand elles sont abandonnées à leur triste sort, des garagistes après une vague de primes à la casse, mais le plus souvent des assurances pour 60% d’entre elles. Véhicules accidentés, jugés irréparables et donc mis hors d’usage, ils participent pleinement au business du recyclage car ce sont ceux sur lesquels on puise le plus de pièces de réemploi revendables sur des plateformes spécialisées (voir encadré). Les 1700 sites de recyclage répertoriés sur notre territoire «produisent» jusqu’à 11 millions de pièces par an permettant la rentabilité de l’activité.

(...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles