En refusant l'épilation, comment les femmes se réapproprient leur corps

·1 min de lecture

CORPS - Emily Ratajkowski, Madonna, Miley Cyrus, Bella Hadid… Toutes ces femmes ont un point commun: elles ont toutes affiché leurs aisselles non épilées sur les réseaux sociaux. Sur Instagram, les initiatives de ce type sont nombreuses. Des hashtags comme #hairylegsdontcare ou encore #hairylegsclub, tout comme des comptes Instagram, incitent les femmes à aimer et montrer leurs poils comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

Ces comptes, ces hashtags et ces photos ont tous un même message à faire passer: il est temps de voir d’autres images de femmes que celles imposées par les médias où aucun poil ne dépasse. De cette manière, les femmes reprennent peu à peu le contrôle de leur corps et appellent à plus de diversité.

L’épilation s’est imposée dans les années 90 avec l’émergence des films pornographiques et l’intérêt des industriels qui y voyaient un marché juteux. Aujourd’hui, elles dévient de la norme imposée il y a quelques années pour se donner la liberté de s’approprier leur corps comme elles le souhaitent.

À voir également sur Le HuffPost:

LIRE AUSSI:

Les poils et la canicule, une affaire qui marche

Derrière le problème de l'hyperandrogénie de Caster Semenya, le contrôle du corps des femmes

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles