Les relations sexuelles entre médecins et patients désormais interdites

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Elles s'apparentent a des "abus de faiblesse", selon le Conseil national de l'Ordre des medecins, qui a inscrit cet interdit dans le Code de deontologie medicale.

"Un patient n'est pas un simple adulte libre de ses choix. La relation thérapeutique crée une vulnérabilité bien connue appelée amour de transfert", expliquaient les signataires d’une tribune publiée sur franceinfo.fr il y a un an. A l’époque, ceux-ci lançaient une pétition pour réclamer l’ajout d'un nouvel article au Code de déontologie médicale, qui stipulerait que "le médecin doit s'interdire toute relation sexuelle avec les patients dont il a la charge". C’est désormais chose faite : le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) vient d’ajouter au Code de déontologie un paragraphe proscrivant tout rapport intime entre praticiens et patients.

"Un abus de faiblesse"

"Le médecin ne doit pas abuser de sa position, notamment du fait du caractère asymétrique de la relation médicale, de la vulnérabilité potentielle du patient, et doit s'abstenir de tout comportement ambigu, en particulier à connotation sexuelle (relation intime, parole, geste, attitude, familiarité inadaptée…)", peut-on maintenant lire en commentaire de l'article 2 du Code de déontologie médicale, intitulé "Respect de la vie et de la dignité de la personne". Aussi, pour le Cnom, une relation sexuelle médecin-patient est-elle désormais considérée comme "un abus de faiblesse". Le Conseil a même annoncé le lancement prochain d’une page d’aide aux patients victimes de viols et d’agressions sexuelles sur son site.

  • A lire aussi : "

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi