Remontées mécaniques fermées : dans les Pyrénées, "on ne comprend pas" la décision

·1 min de lecture

"C'est la mort de nos vallées, la seule économie qu'il y a c'est le tourisme et là on est en train de l'écraser." À l'image de Christophe qui tient une maison d'hôtes au cœur du Luchon, dans les stations de ski, la colère s'exprime et la fronde s’organise. Vendredi plusieurs centaines de commerçants salariés et saisonniers se sont retrouvés à Luchon en Haute Garonne pour manifester leur mécontentement et leur incompréhension. Dans les Pyrénées, comme dans les Alpes, les professionnels du secteur demandent à pouvoir rouvrir leurs remontées mécaniques pour les fêtes, en dépit de la situation sanitaire liée au coronavirus. Beaucoup d'entre eux se demandent comment ils vont pouvoir faire cet hiver si les clients ne reviennent pas dans les stations, comme cela semble se profiler depuis l'annonce de Jean Castex.

>> EN DIRECT Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 5 décembre

"Les gens ne veulent pas venir"

"Aujourd'hui, tout le monde a annulé. Quand Jean Castex a parlé, dix minutes après ma dernière réservation tombait. Les gens ne veulent pas venir", explique Christophe. Sa maison d'hôtes a été désertée et il s'attend à un mois de décembre catastrophique. L'inquiétude est la même du côté de Stéphanie, saisonnière a Peyragudes, elle s'occupe habituellement de la billetterie. Toute sa famille vit du tourisme et elle ne sait pas comment ils vont s’en sortir "C'est catastrophique, nous on vit de ça, on n'a pas le choix. On a une promesse d'embauche au 4 janvie...


Lire la suite sur Europe1