Comment remplacer le sucre blanc ?

Pourquoi arrêter le sucre blanc ?

On a tous une bonne raison d'arrêter le sucre. En consommant du sucre, on ne risque pas “que” des caries ! Selon de nombreuses études, le sucre blanc, (ou “raffiné”) serait la cause de maladies liées à l’hypertension, du diabète ou de l’obésité, mais aussi de poussées d’acné, l'affaiblissement des neurones, ou de certains cancers… Lourdement transformé par des traitements chimiques, le sucre blanc, issu de la betterave ou de la canne à sucre, a perdu toutes ses qualités nutritionnelles. Très raffiné, le sucre blanc a également perdu de son goût. D’autres sucres sont plus parfumés, avec des notes de caramel, de fruits, de noix… Mais il ne suffit pas de dire "c'est décidé, j'arrête le sucre !" pour s'y retrouver dans les très nombreux produits du commerce. Voici quelques produits décryptés, avec des indications sur leur index glycémique, leur pouvoir sucrant, et leurs utilisations en cuisine, pour toutes celles qui se demandent par quoi peut-on remplacer le sucre ?

Quels sont les sucres qui permettent de remplacer le sucre blanc ?

Avec leurs différentes textures, leurs goûts variés et leurs effets bénéfiques sur la santé, les sucres “alternatifs” permettent de remplacer, autant de fois que vous le souhaitez, le sucre blanc. Profitez-en pour vous déshabituer du goût sucré, en diminuant progressivement les doses : votre corps et vos papilles vous remercieront !

⋙ Sucre blanc et sucre roux : quelles sont les différences ?

Le sirop d’agave

- Le sirop d’agave est un édulcorant naturel fabriqué à partir de la sève des agaves, des cactus du Mexique. Son goût est neutre et son pouvoir sucrant est 3 fois supérieur à celui du sucre. On en utilise donc une plus petite quantité. - L’indice glycémique du sirop d’agave est faible : environ 30 (en comparaison, le sucre blanc est à 70). Cela signifie qu’il ne stimulera pas la production d’insuline de façon brutale, ce qui vous évitera un pic, suivi du fameux “coup de pompe”. - Sa texture sirop fait qu’il

(...) Cliquez ici pour voir la suite