Renée Greusard : « Laisser dormir le co-parent à la maternité est un enjeu politique »

Actuellement, trop peu de maternités laissent le père ou co-parent passer la nuit avec leur conjointe à la naissance du bébé. Cela en dit long sur les conditions d’accueil d’un enfant et sur la manière dont sont considérées les femmes, estime la journaliste Renée Greusard.

Comment les femmes qui viennent de mettre au monde un enfant sont-elles considérées par notre société ? Si l’on se base sur la manière dont se déroule souvent leur séjour à la maternité, la réponse s’avère décevante.

Accompagnées et soutenues pendant le travail, puis lors de l’accouchement, par leur compagnon ou compagne, elles sont nombreuses à devoir, une fois le soir venu, s’occuper seules de leur nouveau-né, le co-parent n’étant pas autorisé à rester pour la nuit.

Lire aussi >> Renée Greusard : « Devenir mère, c’est plus Koh Lanta qu’un Disney »

Une énième injustice envers les mères

C’est là que débute leur calvaire. Épuisées par les longues heures qu’ont duré les contractions puis la poussée, ayant parfois dû subir une épisiotomie, une déchirure ou une césarienne, les voilà livrées à elles-mêmes pour prendre soin de leur enfant, sans pouvoir se reposer et bénéficier du relai de la part du co-parent.

Pour Renée Greusard, journaliste à « L’Obs », cette impossibilité d’accueil la nuit du deuxième parent dans les maternités relève d’une « forme de maltraitance complètement banalisée ». Sur Instagram, où elle est suivie par plus de 6 000 abonnées, la journaliste, également autrice d’« Enceinte, tout est possible » et de « Choisir d’être mère » (éd. LC Lattès) a décidé de prendre position contre ce qu’elle considère comme une injustice, dont les premières...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles