Renaud : à 14 ans, son fils Malone lui ressemble-t-il ?

·2 min de lecture

L'année 2020 marque le grand retour de Romane Serda. Mais cette fois-ci, la chanteuse revient, non pas avec un cinquième album musical, mais avec un livre. Intitulé À la vie, à l'amour, ce roman autobiographique retrace la vie personnelle et professionnelle de la quadragénaire. Dans ce livre paru le 7 octobre 2020 aux éditions HarperCollins, Roman Serda se confie sur la relation qu'elle définit comme étant "sa plus belle rencontre". Celle avec son fils Malone, âgé de 14 ans, fruit de son ancien amour avec le chanteur Renaud. Des confidences exclusives, sur lesquelles Romane Serda est revenue dans les colonnes de Voici vendredi 30 octobre 2020. "Malone a 14 ans, c’est un âge où il faut beaucoup négocier, mais il est intéressant, drôle, on se prend des fous rires tous les deux, j’aime sa manière de voir les choses, a-t-elle confié. Ce n’est pas un caïd. Je trouve que j’ai de la chance parce qu’étant seule avec lui, ça aurait pu être plus difficile". Et même si le jeune Malone vit loin de Renaud Séchan (de son vrai nom), l'adolescent semble avoir beaucoup hérité de son père : "Physiquement, Malone est un savant mélange de nous deux, je pense. De Renaud, Malone a surtout les mimiques, des attitudes, des traits de caractère".

Avec deux parents musiciens, Malone semble avoir été plongé dans le bain musical depuis la naissance. Et Romane Serda n'est pas peu fière. "ll est doué, il chante très juste, il fait du piano et de la batterie". Mais hors de question pour la mère de famille de lui imposer un quelconque métier. "Je refuse de lui mettre la pression. C'est si compliqué d'être le fils d'un monument comme son père !" Et contrairement aux rumeurs, Renaud semble entretenir une bonne relation avec son fils Malone : "Renaud habite à 700 kilomètres, mais ils se voient le plus souvent possible. Ils se manquent l'un et l'autre, c'est sûr, alors on s'organise. Même séparés, nous restons une famille".

À lire aussi : Omar Sy : les internautes bluffés par sa ressemblance avec sa fille (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite