Renaud : la phrase choc de son père qu'il n'a jamais oubliée

Renaud s’apprête à faire son grand retour dans les bacs avec un dix-huitième album baptisé Les Mômes et les enfants d’abord. Marchant dans les traces des autres chaînes de la TNT, W9 s'est engouffrée dans la brèche en acceptant de diffuser, ce jeudi 28 novembre, le documentaire Au nom du père sur l'intimité du chanteur. Les enquêtes sur l'une des figures populaires de la variété française ne manquent pas mais ce film promet de revenir sur des moments forts de son enfance et notamment sur "sa relation difficile et tourmentée avec son père". Pour cela, les journalistes sont allés interroger plusieurs membres de son entourage, notamment son frère jumeau, qui a révélé plusieurs anecdotes poignantes et méconnues.

⋙ Renaud : les raisons pour lesquelles il ne voit pas beaucoup son fils Malone

Son rapport avec son paternel, Olivier Séchan, décédé en 2006, a toujours été complexe. Renaud a par exemple beaucoup regretté la toute première chanson qu'il a écrite, très à charge contre l'autorité de son père. Mais c'est après avoir découvert une phrase terrible dans les documents de ce dernier que le lien entre les deux s'est distendu. "Un jour, Renaud est chez ses parents, il commence à avoir du succès, il ouvre le journal intime de son père qui est quelqu'un de très énigmatique pour lui et il lit cette phrase écrite par son père 'le succès de mon fils me tue'", indique Timothée Vienne, directeur des programmes de la société de production La Concepteria, invité dans Morandini Live pour raconter les coulisses de ce documentaire. Selon ce dernier, ce moment douloureux va alors être l'élément déclencheur des nombreux problèmes qui ont pollué et gangrènent encore la vie de l'artiste. "C'est comme une mort pour lui. A partir de ce moment-là, il y a une série noire et les choses vont commencer à se dérégler et il va entrer dans une spirale infernale qui est difficile," décrypte-t-il en tenant compte des témoignages des proches du paternel de Lolita. S'il n'a pas encore tout à fait fait son

(...) Cliquez ici pour voir la suite