Rencontre avec Eva Thomas, celle qui a brisé l’omerta de l’inceste

·2 min de lecture

Elle a été l’une des premières à parler de l’inceste à la télé française à visage découvert. Pour ELLE, Eva Thomas revient sur sa participation à l’émission « Les dossiers de l’écran », en 1986, et sur sa lutte contre ce crime.  

« Ce n’est pas vrai que l’inceste c’est une belle histoire d’amour avec son père. » C’est en 1986, dans l’émission « Les dossiers de l’écran », qu’Eva Thomas a prononcé ces mots. À l’époque, elle est l’une des premières femmes à prendre la parole publiquement sur l’inceste. Face à elle, sur le plateau, de nombreux hommes pour qui ce crime n'en est pas vraiment un. « C’était assez difficile de se faire entendre. C’était l’époque où il y avait Matzneff à la télévision, c’était très tolérant pour les pédocriminels, enfin, à ce moment-là, on disait les pédophiles », se souvient-elle pour ELLE. « Mais je suis très fière d’avoir été cette femme-là », poursuit-elle.  

Lire aussi >> Inceste : le cri de Christine Angot 

« C’est à l’intérieur des familles que les enfants sont le plus en danger » 

Aujourd’hui, avec la multitude de récits et de témoignages de victimes d’inceste, Eva Thomas dit ne plus se sentir seule. « Ça brise complètement le déni de la société. Ça existe dans tous les milieux, partout. Et je pense que tout ce qu’il se passe maintenant […] c’est une grande victoire. Que maintenant, enfin, on prenne en compte la réalité de ce qu’il s’est passé », réagit-elle.  

Cette prise de conscience d’un crime qui gangrène la société (en 2020, un Français sur 10 dit avoir été victime d’inceste selon une enquête Ipsos) est également une victoire pour elle. « Pendant...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Charlotte Pudlowski : "Très souvent, les victimes d'inceste peuvent aimer leur agresseur"

À lire aussi 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles