Publicité

"J''écris l'histoire de gens qui vont bientôt mourir : je suis biographe hospitalière"

"Mourir nourrit une grande nostalgie et beaucoup de regrets. On entend parfois des patients dirent : ''Je ne vais pas voir grandir mon fils, je ne pourrai pas lui raconter tel événement.'' On leur propose alors de laisser le récit de leur vie", raconte Valéria Milewski. Depuis près de 16 ans, elle exerce le métier de biographe hospitalière au sein du service d'oncohématologie de l'hôpital de Chartres. Une profession qui consiste à "rencontrer des individus très malades et plus ou moins jeunes afin qu'ils me racontent leur vie et que je leur remette, à eux ou à un proche désigné, le livre de leur vie", explique-t-elle.

En moyenne, la biographe hospitalière échange avec la personne pendant sept ou huit heures. "Mais on ne sait jamais. On n'a parfois le temps de ne faire qu'une séance voire aucune. Mais le travail commence avant le premier échange. Dès que le patient est au courant du projet, il va, par lui-même, se retourner sur sa propre vie. Il va se raconter à ses proches et aux personnes qui lui rendent visite."

Ce processus a de nombreux bienfaits sur le patient. "Il y a un véritablement apaisement, moins de souffrances et, sur un plan métaphysique, la réponse à tout un tas de questions comme ''Qui suis-je ?'' ou ''Qu'ai-je accompli dans la vie ?'' C'est également l'occasion de laisser une trace. Combien de patients m'ont dit : "Grâce à vous, je suis éternel", sourit la biographe.

Se raconter auprès de Valéria est également l'ultime objectif de certains patients parfois très (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Dans les pays riches, plus de 1 enfant sur 5 vit dans la pauvreté, selon l'Unicef
Le Hamas aurait refusé la libération de femmes otages pour ne pas qu'elles témoignent des violences sexuelles
"Je voulais mettre fin à mes souffrances" : Fabien Bilheran nous parle du suicide dans la police
Voici comment l'algorithme de la Caf discrimine les allocataires les plus pauvres, selon une étude
"Laissez-moi tranquille avec ça" : Billie Eilish accuse un magazine américain de l'avoir "outée"