Rentrée scolaire: une association alerte, trop d'enfants en situation de handicap sont sans solution adaptée

Aller à l'école quelques heures par semaine seulement ou se retrouver dans une classe trop difficile: des milliers d'enfants en situation de handicap n'ont pas accès à une scolarisation adaptée, a déploré mardi l'Unapei, l'une des principales associations dans le secteur du handicap intellectuel.

"Malheureusement, trop d'enfants en situation de handicap seront encore privés de rentrée et leurs droits à l'éducation sont bafoués", a dénoncé dans un communiqué Luc Gateau, le président de cette fédération regroupant des associations de personnes handicapées mentales et leurs familles.

Pour évaluer l'ampleur du problème, l'Unapei a mené une étude auprès d'un échantillon de 2103 enfants accompagnés par ses antennes locales, dans six régions en France. Résultat: 23% n'ont "aucune heure de scolarisation" par semaine, 28% entre 0 et 6 heures, 22% entre 6 et 12 heures et 27% bénéficient de plus de 12 heures d'enseignement hebdomadaire.

Ces enfants bénéficiant de "bouts" de scolarisation se retrouvent en outre parfois dans une classe "non-adaptée" à leurs besoins, "par manque de professionnels", regrette l'Unapei. C'est le cas par exemple d'élèves scolarisés en milieu ordinaire, faute d'avoir obtenu une place en classe Ulis, spécialisée dans l'accueil d'enfants handicapés, ou en institut médico-éducatif (IME), malgré la validation de leur dossier par une Maison départementale des personnes handicapées (MDPH).

"L'école pour tous est une priorité du gouvernement"

L'Unapei a recueilli sur un site dédié 880 témoignages de familles concernées par ces différentes situations. "L'école pour tous est une priorité du gouvernement", a assuré la ministre déléguée aux Personnes handicapées, Fadila Khattabi.

L'exécutif met en avant la hausse du nombre d'enfants handicapés accueillis à l'école: ils seront plus de 430.000 en cette rentrée 2023, soit 34% de plus qu'en 2017.

Il souligne également la hausse du nombre d'accompagnants d'élève en situation de handicap (AESH), qui a progressé de 42% depuis 2017. Ils seront ainsi environ 136.000 à la rentrée.

Face à la situation, l'Unapei demande elle "une loi de programmation pluriannuelle de solutions" pour les élèves présentant des troubles du neurodéveloppement, en situation de polyhandicap ou de handicap psychique.

Article original publié sur BFMTV.com