Rentrée solidaire : « Avec un euro on peut aider un étudiant pendant une journée »

·1 min de lecture

Du 1er au 30 septembre, l’association Un Rien C’est Tout s’engage contre la précarité étudiante. Cécile Duffau, sa fondatrice, appelle à la générosité en faveur des étudiants.

Isolement social, aides insuffisantes, avenir angoissant… En 2021 le mot « jeunesse » est devenu synonyme de précarité et de déprime. Depuis les prémices de la pandémie, les difficultés s’amoncellent pour les jeunes adultes et les étudiants. Si Emmanuel Macron reconnaissait que « c’est dur d’avoir 20 ans en 2020 » en annonçant le couvre-feu l’année dernière, les jeunes souffrent toujours. Et ils manifestent leur colère. En janvier, des milliers d’étudiants se sont rassemblés dans plusieurs villes de France. Ces mobilisations revêtaient une teinte particulière, notamment à Lyon, en raison des deux tentatives de suicide dans des cités U de l'agglomération. Entendre et voir cette jeunesse précarisée, déprimée et déscolarisée par les confinements successifs, a poussé Cécile Duffau, fondatrice d’Un Rien C’est Tout, à orienter les actions de son association à but non lucratif envers ces étudiants démunis. Lors d’achats sur des sites partenaires comme Oui Sncf ou la Fnac, il sera possible d’ajouter un don d’un euro pour les soutenir. 

#RentréeSolidaire : précarité, santé dégradée, décrochage…la #crisesanitaire a fortement fragilisé les #étudiants : pour qu'ils puissent s'alimenter se soigner étudier ou s'équiper - ajoutez 1€ ou plus à votre panier d'achat du 1er au 30/09 chez nos partenaires pic.twitter.com/gzy11pAXOa

— Un Rien C'est Tout (@UnRienCestTout) August 26, 2021

« Cette rentrée solidaire avec...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles