Restos du coeur: "avec le confinement, je ne gagne plus que 300 euros par mois"

A Nangis, à une petite centaine de kilomètres de Paris, le lancement de la campagne hivernale des Restos du coeur attire de nombreux bénéficiaires, encore plus fragilisés par la crise sanitaire.