Restreindre l’accès à l’IVG augmente les risques de suicide chez les femmes, montre une étude

Tiago Bandeira

Plus de six mois après l’abrogation de l’arrêt Roe v. Wade permettant l’accès à l’avortement dans l’ensemble des États-Unis, les scientifiques en découvrent encore des conséquences. Si ces nouvelles restrictions ont déjà apporté une résurgence des demandes de vasectomie chez les hommes américains, ainsi que de nouvelles attentes dans les rencontres amoureuses, certaines sont bien plus graves. C’est ce que révèle une étude publiée le 28 décembre dernier dans la revue JAMA Psychiatry. Selon des chercheurs de l’université de Pennsylvanie et du Children’s Hospital of Philadelphia, le taux de suicide chez les femmes en âge de procréer augmente significativement lorsque l’accès à l’IVG est restreint ou aboli.

En se basant sur la période 1974-2016 et en analysant les taux de suicide avant et après le vote de lois restreignant l’avortement, les scientifiques ont noté une augmentation de 5,81 % de suicides par an durant les années suivant l’entrée en vigueur de ces lois. L’occasion de se rappeler que l’avortement était déjà restreint dans certains États avant l’abrogation de Roe v. Wade. Mais cela montre également que cette restriction généralisée pourrait avoir des conséquences extrêmement graves.

Ran Brazilay, co-auteur de l’étude, précise que cette augmentation du taux de suicide concerne uniquement les femmes de la tranche d’âge 18-45 ans, rapporte Marie Claire. Les femmes plus âgées ne semblent pas, jusqu’à présent, affectées par cette conséquence tragique.

L’étude admet toutefois (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Droit à l'IVG : les États-Unis autorisent la vente de pilules abortives en pharmacie
Pour plus d'égalité, des milliers de livres en braille sont désormais accessibles au prix d'un livre classique
Dix ans après le lancement de Tinder, dater est toujours un sport de combat
Le Chili supprime le rôle officiel de “Première dame” au nom du féminisme
Préservatifs gratuits pour les moins de 26 ans : voici tous les détails de ce nouveau dispositif