Retard de règles : quelles causes peuvent l’expliquer ?

On associe souvent le retard de règles à un signe de grossesse. Pourtant, rien ne sert de paniquer ou s’inquiéter car de nombreux facteurs peuvent troubler votre cycle menstruel. Cependant, il ne faut pas pour autant ignorer ce signal. En cas d’inquiétude, il est toujours conseiller de consulter son gynécologue.

Selon la gynécologue Hélène Jacquemin Le Vern, en cas de retard des menstruations, le premier réflexe est de se rendre à la pharmacie pour se procurer un test de grossesse. "Un retard de règles ne veut pas toujours dire que l’on est enceinte. Néanmoins, il est primordial de faire un test de grossesse pour écarter cette possibilité. En particulier, si vous avez eu un rapport à risque et si c’est le cas d’une grossesse non désirée". Si le test est négatif, d’autres causes peuvent affecter votre cycle menstruel et entraîner ce retard. Le Dr Hélène Jacquemin Le Vern fait le point sur les potentielles causes des retards de règles.

Retard de règles : le stress et la fatigue

"Dans un cas de règles régulières, le stress et la fatigue peut être la cause d’un retard de règles", indique le Dr Hélène Jacquemin Le Vern, gynécologue. Le stress peut interférer sur la sécrétion hormonale produite par le cerveau et influer sur l’ovulation. Il va ainsi retarder vos règles et les rendre irrégulières. Si cette période de stress ou de fatigue est intense, elle peut entraîner une aménorrhée hypothalamique fonctionnelle. C’est une forme d’anovulation chronique sans cause organique, souvent en relation avec un stress intense. Si le retard persiste, il vaut mieux consulter un gynécologue.

La perte ou la prise importante de poids peut être à l’origine de votre retard de règles

Le corps n’a pas le temps de s’adapter aux changements brutaux. Une prise ou perte importante de poids peut donc retarder vos menstruations. Le retard ou l’arrêt des règles peut survenir chez les femmes souffrant de boulimie ou anorexie car le corps ne libère pas assez d’œstrogènes. Dans le cas d’obésité ou d’une

(...) Cliquez ici pour voir la suite