« Repenser son style peut aider à dissiper une partie de l'anxiété »

·2 min de lecture

La fin du télétravail obligatoire nécessite de quitter son jogging et autres tenues difformes. Promis, c’est pour le meilleur, assure Karen Dawnn, psychologue de la mode qui décrypte pour nous ce qui se joue avec notre tenue de rentrée.

Peut-être faites-vous partie de ces personnes qui adorent la rentrée. Nouveaux stylos, agenda encore vierge, teint hâlé et reposé : vous êtes prête à retourner au bureau dans votre meilleure forme. Pour l’occasion, vous avez même déjà préparé votre tenue. Des heures de recherche pour trouver votre outfit signature, symbole du nouveau « vous » post-Covid. Ou, à l’inverse, vous ne savez pas comment vous habiller, et la pression est d’autant plus forte qu’après des mois de visioconférences et autres réunions Zoom, vous voulez faire bonne impression : le retour au bureau est l'événement le plus attendu de votre année de fashionista. Un effet secondaire de la pandémie, assure Karen Dawnn, psychologue de la mode, que nous avons interviewée. 

A lire >> À la rentrée, oser enfin être soi

ELLE.fr - Comment et pourquoi peut-on dire que le Covid a changé notre rapport à la mode ?

Karen Dawnn - Avant la pandémie, la façon dont nous nous habillions était avant tout une manière de nous faire accepter. Nous nous ajustions pour nous intégrer ou pour être assimilés à un groupe social ; que ce soit pour le travail, pour un brunch avec nos amis ou pour rendre visite à notre famille. Nous associions chaque lieu et chaque rôle de notre vie à un certain uniforme. La réponse à la question « Comment je m’habille aujourd’hui ? » dépendait de la météo, de l'occasion sociale ou d'une énième mode. 

Au cours de l'année écoulée, tout cela a...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles