Le retour du design minimaliste

Des lignes pures, un minimum de matière ainsi qu'un sens affirmé de l'équilibre et du détail, certains designers optent pour un style 100 % minimal.Stimulés par la contrainte, les designers passent leur temps à résoudre des problématiques… Alors que le prix des matériaux flambe, que la pénurie de bois se fait sentir et que la décroissance devient une valeur d'avenir, certains choisissent de revenir aux sources du design, quand des créateurs comme Charles Rennie Mackintosh (1868-1928) ou l'école du Bauhaus supprimaient l'inutile et que Mies Van der Rohe proclamait « less is more »… Ils misent aujourd'hui sur des meubles dont la sobriété leur permet de traverser les décennies, comme ceux de leurs aînés modernistes. « Nous considérons chaque création en termes de longévité afin qu'elle devienne une pièce durable, explique Niels Strøyer Christophersen, le fondateur et directeur artistique de l'éditeur danois Frama. L'une de nos missions est d'éviter les tendances vouées à être remplacées. » Dans la même veine, les créateurs évoquent souvent « la beauté du silence ». « Notre design recherche la pureté et le calme dans une expression holistique globale, poursuit Niels Strøyer Christophersen. Nous laissons parler les matériaux naturels, dans leur état brut, en nous concentrant sur la combinaison de la fonction et du design, plutôt que d'ajouter des couches inutiles. » Une vision que partagent Claire Cousseau et Gabriel Loirat, les fondateurs du studio Figures : « Le superflu de nos pièces est réduit au minimum pour jouer principalement sur les pleins et les vides, sur l'ombre et la lumière. »Multi-usage et libertéSi ces lignes minimales peuvent paraître inconfortables, elles redéfinissent pourtant la notion de confort en procurant une aisance visuelle et surtout une grande liberté d'usage. « Qui dit minimalisme dit formes abstraites. L'abstraction est synonyme de multifonctionnalité, de liberté, de modularité. Plus que jamais les gens sont prêts à accueillir chez eux ce type de mobilier », décrypte la designer Eleni Petaloti, fondatrice du studio Objects of Common Interest. Une multifonctionnalité qui apparaît comme vertueuse : « En permettant à la pièce de design d'endosser des fonctions différentes, le minimalisme participe à la déconsommation », renchérit Tristan Lohner, designer et directeur général de l'enseigne de distribution RBC.Les défis de la création d'objets aux lignes en apparence « simples » ? Leur donner du caractère et éviter l'écueil de la sécheresse. « Proportions, rayon, volume : chaque détail a une importance de premier plan qui ne peut être dissimulé derrière la superposition d'éléments superficiels », conclut Niels Strøyer Christophersen. Pas si simple, le minimalisme !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles