1 / 31

1984

Margaret Thatcher reçoit la créatrice Katharine Hamnett (vêtue d’un T-shirt orné d’un message anti nucléaire) à 10 Downing Street, où elle avait organisé une réception pour les créateurs de la Fashion Week britannique. [Photo : PA]

Retour sur l'histoire de la Fashion Week de Londres : de 1984 à 2017

La Fashion Week de Londres a fait beaucoup de chemin ces 30 dernières années. Aujourd’hui, cet évènement de 5 jours se tient aux côtés des Fashion Weeks de Paris, Milan et New York, et joue ainsi un rôle essentiel dans le secteur mondial de la mode.

Cependant, cette présentation de collections de mode britannique particulièrement prolifique aujourd’hui a bien évidemment connu des débuts plus modestes. Des débuts qui se sont déroulés dans un parking de Kensington en 1984, pour être précis.

L’évènement a depuis changé de lieux à plusieurs reprises (la LFW a ainsi été organisée dans de nombreux lieux cultes au cours des dernières décennies, comme au Ritz, à Somerset House, dans le bâtiment du Brewer Street car park à Soho et celui du 180 The Strand aujourd’hui). Le nombre de créateurs qui présentent leurs futures collections a également fortement augmenté.

Zhandra Rhodes, Betty Jackson et Ghost font partie des grands noms qui ont présenté leurs collections dans les années 80, développant ainsi leur propre renommée, en même temps que celle de la Fashion Week de Londres. Mais, c’est la collection de John Galliano qui a particulièrement attiré l’attention. « Le défilé de Galliano était incroyable, un esprit libre », a confié le Telegraph. À peine deux ans plus tard, la princesse Diana et Margaret Thatcher étaient toutes deux présentes aux défilés, alliant ainsi politique, royauté et mode (certainement pas pour la dernière fois).

La récession du début des années 90 a eu un impact sur le célèbre évènement, seuls quelques créateurs ayant été sélectionnés pour présenter leurs collections dans des salles du Ritz en 1992 (avec parmi eux Alexander McQueen, qui a subjugué les invités grâce à sa toute première collection). Cependant, la LFW reste particulièrement prospère depuis cette époque.

La LFW est revenue en force en 1993, suite à ce petit ralentissement de 1992, lorsque Naomi Campbell a fait la une en défilant seins nus, uniquement vêtue d’un chapeau Philip Treacy.

Les années 90 ont également accueilli Stella McCartney sur la scène de la mode. La fille de Linda et Paul McCartney a rencontré un incroyable succès en présentant sa première collection, qui a d’ailleurs fini en rupture de stock suite au défilé printemps/été 1995, au cours duquel Kate Moss avait défilé.

Quelques années plus tard, Sophie Dahl (taille 14/l’équivalent d’un 42 en France) a créé la controverse en défilant sur le podium, lançant le débat sur l’absence de « vraies femmes » dans la mode : un sujet qui fait débat encore aujourd’hui.

En 2000, Victoria Beckham a défilé pour Maria Grachvogel vêtue d’un pantalon en satin vert, une expérience que la chanteuse reconvertie en créatrice décrit aujourd’hui comme « absolument terrifiante ». Six ans plus tard, personne ne pouvait arrêter de parler du tout premier défilé de Christopher Kane. C’est Prince qui était à l’honneur, un an après en 2007, suite à sa performance au défilé Matthew Williamson.

Aujourd’hui, la Fashion Week de Londres se déroule sur 5 jours et accueille de célèbres noms. Rien que cette année, Burberry, Mulberry, Temperley, Erdem et Versus Versace présenteront leurs collections Automne/Hiver 2017, pour le plus grand plaisir des rédacteurs mode.

Alison Coldridge
Yahoo Style UK