Retour de la peau lainée : comment la porter passé 50 ans ?

Loin de l'image vintage de ce manteau, la nouvelle peau lainée se modernise en adoptant des lignes plus graphiques et chics. Il se décline en manteau classique, en veste façon perfecto plus rock ou encore en modèle trois quarts très seyant. Il y en a pour tous les goûts et toutes les morphologies.

À quel(s) pièce(s) associer la peau lainée ?

Lorsqu’il est mélangé à des pièces mode, le manteau en peau lainée fait des merveilles et devient citadin. On aime le porter avec un jean et des bottines à talons, ou avec un pantalon cigarette et des baskets. Autre option, le féminiser grâce une robe longue ou une jupe en cuir que l'on portera avec des bottes cavalières ou des escarpins. L'idée est de le rendre élégant et de s'éloigner de son style "balade irlandaise". Donc on oublie les fourrures à l'aspect moutonné, et on fonce sur un modèle plus sobre et élégant qui vous emmènera loin des campagnes boisées. Avec un pantalon large en velours, un pull à torsades, des derbies ou des mocassins aux pieds, vous aurez un look parfait pour affronter le froid de l'hiver avec élégance. Une jolie blouse s'accordera aussi parfaitement avec cette veste couleur sable. Mais attention : ne tentez pas les chemises à carreaux sous peine de ressembler à un trappeur canadien !

Les formes et les couleurs à adopter

Le style perfecto, que l'on porte ouvert pour laisser apparaître un pull à col roulé. Ou plus simplement sur une robe en laine, associée à des cuissardes pour les plus audacieuses. Quant à la veste trois quarts mi-longue, elle paraît la plus facile à porter, dans un style mode avec un pantalon en cuir souple et un haut vitaminé pour donner du pep.

Côté couleurs, on fuit l’excentricité, les rouges, les verts ou encore les tons criards ! Restez dans un camaïeu de nude et camel, voire plus sombre, comme le noir, pour affiner votre silhouette. Et on glisse un total look immaculé dessous pour arborer le blanc d'hiver comme il se doit.

Le seul petit bémol, c'est le prix élevé de ces belles pièces,

(...) Cliquez ici pour voir la suite