Le retour des veuves Clain, les diaboliques de Daech

Philippe Cohen-Grillet
·1 min de lecture

Épouses radicalisées des frères Clain, qui avaient revendiqué les attentats de Paris, Mylène et Dorothée ont réactivé depuis la Syrie leurs réseaux islamistes en France. Ou quand le terrorisme se pratique en famille. Enquête.

Cet article issu de l'édition abonnées vous est exceptionnellement offert. Découvrez nos offres d'abonnement.

Un sublime lever de soleil, un paon déployant son plumage en une roue majestueuse. Derrière ces photos a priori anodines se cache une femme, une Française, parmi les plus fanatiques fidèles de Daech, prête à tout pour que « les mécréants brûlent dans les flammes d'Allah » : Mylène Clain. Pour découvrir son identité, quelques clics sur Facebook suffisent. Mais seuls de rares initiés sont dans la confidence et connaissent le pseudonyme que la veuve noire s'est choisi. Un prénom et un nom dont les initiales sont V.V., sans doute un symbole pour « Vivante » et « Victoire ».

À lire > Marc Trévidic, dans la tête du terrorisme

Sur les réseaux sociaux, l'activité de Mylène et de sa sœur Dorothée est stupéfiante. Avec leurs neuf enfants et un neveu, on les croyait traquées, terrées derrière les barbelés d'un camp de réfugiés ou errant entre les sables du désert syrien et les ruines des villes bombardées. Tout au contraire, ces femmes, auréolées par les « faits d'armes » terroristes de leurs époux, sont libres et protégées par l'État islamique. Mieux, elles disposent de moyens de communication et ont récemment repris contact avec de très sulfureux amis en France, islamistes radicaux glorifiant le djihad, fichés S, ainsi qu'avec des membres de leurs familles.                

Le fameux compte de Mylène au nom de V.V., qui se...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi